Exposition Landemaine, Clapeau, Rougier

Accueil > Exposition Landemaine, Clapeau, Rougier

OCCUPATION DES LIEUX

Du 2 Mars au 11 mai 2019

Trois artistes, plasticiens, peintres, graveurs et vidéastes donnent à voir leurs travaux récents :

Jean-François Clapeau : La rythmique du blanco

Guillaume Landemaine : Faiseur d’art

Vincent Rougier : Ne nous froissons pas


GUILLAUME LANDEMAINE


La peinture de Guillaume Landemaine n’est jamais convenue, elle froisse, elle déconcerte, fait grincer les dents de ceux qui ne cherchent plus ni la modernité, ni de raison d’espérer et attendent les couleurs du désenchantement, les teintes de la routine ou pire, l’éternel mélange des gloses auto-satisfaites : le marron des laborieux commentaires ou la nausée verdâtre de la culture convenue des institutions petites-bourgeoises(…) Comme Baudelaire assommait les pauvres pour leur rendre leur dignité, Landemaine nous opère de la cataracte de la vie au jour le jour pour renvoyer chacun de nous à sa sensibilité, sa liberté, sa différence, à chacun d’en définir la couleur. François Tonniac

JEAN-FRANÇOIS CLAPEAU


Graphiste et parisien le jour, peintre et normand la nuit.
J’ai réalisé l’essentiel de mes expositions en Normandie, entre 1980 et 2009, entre l’Orne, Calvados et Paris, entre expositions de groupe et individuelles.
Le collage, la peinture, la matière, les pigments et tout récemment le Blanc Correcteur forment ma palette; les pinceaux, les spatules, les doigts sont mes outils pour exprimer la vie quotidienne des êtres humains, des animaux et autres rêves.

VINCENT ROUGIER


Après une formation en arts plastiques à Paris et quelques temps à l’académie Charpentier, Vincent Rougier publie son premier livre d’artiste en 1969. Il se définit comme peintre, plasticien, éditeur, graveur, autant dire qu’il baigne dans les métiers d’art : le livre, la reliure, les papiers marbrés, la gravure en taille-douce sont des exercices quotidiens pour lui.
Saisissant l’opportunité d’acquérir un atelier de confection désaffecté, il s’installe à Soligny-la-Trappe dans 300 m2 qui lui offrent un espace multiple où se côtoient toutes les formes de ses passions. Car il y a dans cet ancien atelier de couture des machines extraordinaires qu’il a domptées pour son usage d’artiste. Il en résulte des œuvres étonnantes, où la matière, froissée, plissée, passée à l’étuve, raconte une autre histoire et vit une autre vie.

L’EXPOSITION



Retour Haut de Page