Exposition Ernest Pignon-Ernest

Accueil > Expositions de 2001 à 2006 > Exposition Ernest Pignon-Ernest

Du 28 juin au 20 septembre 2003

Ernest Pignon-Ernest dessine les corps des poètes de génie – Rimbaud, Nerval, Pasolini -, mais aussi des anonymes – immigrés expulsés, Sud-Africains décimés par le sida, femmes contraintes à l’avortement, accidentés du travail – ou encore des citations de la peinture classique – Caravage, Rubens, Michel-Ange…

Du dessin, il passe aux sérigraphies collées dans des lieux chargés de sens et de mémoire. Parfois, ces endroits sont photographiés ; de temps en temps, ces clichés arrivent dans un lieu d’exposition ; toujours, ils racontent ce qui advient à l’homme : la souffrance, la misère, le désir, la solitude, la maladie, la mort…

Michel Onfray


METTEUR EN SCÈNE DE L’ÉPHÉMÈRE


Né en 1942 à Nice, Ernest Pignon-Ernest est un artiste autodidacte et engagé qui a débuté en réalisant des dessins d’architecture.
Dès 1966, il produit ses premières « interventions » publiques, comme il les nomme, en collant des images en sérigraphie sur des supports urbains. Ce sera dès lors la caractéristique propre de son travail.
L’originalité de sa démarche réside dans l’utilisation créative des lieux qu’il investit et dans le caractère éphémère de ses œuvres.
Il procède en choisissant une ville au hasard, par défi ou nécessité. Il marche jour et nuit en s’imprégnant des odeurs, des bruits et des couleurs qui l’entourent. Il s’immerge ensuite dans les livres, récits et romans qui traitent d’histoires et de légendes qui s’y rattachent.
Toutes les images que je colle sont réalisées sur un papier journal non imprimé. C’est le seul papier qui, détrempé par la colle, parvienne à devenir aussi malléable.
Mais pour Ernest Pignon-Ernest les véritables matériaux ce sont les lieux, les surfaces et les aspérités imprévisibles des murs, réceptacles de ces inspirations.
Retour Haut de Page