Jésus Betz

L’histoire de Jésus Betz, l’homme-tronc à la voix de soprano. Vigie sur un baleinier, éborgné par une mouette, il est recueilli par l’énorme Mamamita. Bientôt, tous deux tombent sous l’emprise de Max Roberto qui les exhibent dans les bars. Lorsqu’il trouve enfin le courage de s’enfuir avec son ami Pollux. Il décide de s’enrôler dans un cirque où, enfin traité avec respect, il connaîtra le succès et le bonheur auprès de Suma Katra, une belle acrobate muette…

 » Prendre ses jambes à son cou. »
 » Baisser les bras. « 
 » Prendre son pied. « 
 » Se tourner les pouces. « 
J’ai toujours détesté ces expressions, dès mon plus jeune âge, car je n’ai jamais eu ni jambes, ni bras. Je m’appelle Jésus Betz, l’Homme-Tronc. Prénommé ainsi par Mademoiselle Betz, ma mère, le jour de ma naissance, le 24 décembre 1894, à minuit.
 » P’tit bout d’vie. »
 » P’tit amour. »
Son  » P’tit Jésus  » à elle était né.
Maman, voici ma vie en 33 dates qui claquent, craquent, sonnent ou grincent comme autant de vertèbres sans lesquelles je ne serais qu’une tête. Un coup de poing dans un ciel d’orage, au-dessus de ce monde de brutes. Je ne t’en veux pas, maman. Je dicte cette lettre pour toi parce qu’aujourd’hui je suis heureux et fier. Je me tiens droit comme un  » i  » et ma tête fait le point.

Retour Haut de Page