Exposition Jill Guillais

ÉCHEC ET BAM !

Du 28 juin au 5 octobre 2019


Entre installations, photographies, sculptures et projections, cette exposition de Jill Guillais accueille des épluchures de pommes de terre qui s’émancipent de leur chair, des confidences sur papiers roulés, des chaussettes dépareillées sublimées d’un fil, et bien d’autres poésies du quotidien.

Dans sa démarche, l’artiste met en avant la tristesse d’une nature contrariée, et cette obsession, propre à l’homme, de vouloir combler les vides.

L’exposition ÉCHEC ET BAM ! propose un regard personnel sur une société standardisée et sans relief, par un retour aux émotions sans filtre, à la matière sensible.

L’échec y est incarné par l’action vainement répétée, la pièce manquante ou l’oeuvre sans nom.

ET BAM ! Revanche des imparfaits.

JILL GUILLAIS expose à la médiathèque d’Argentan

L’EXPOSITION

 

Qui est-elle ?

Jeune artiste plasticienne caennaise, Jill Guillais oscille aujourd’hui entre transmission de ses savoirs à travers l’enseignement et sa pratique artistique personnelle.
Après son baccalauréat littéraire, elle suit un cursus Beaux Arts à l’École d’Arts et Médias de Caen et obtient en 2011 son DNSEP avec les Félicitations du jury.
En 2012 elle valide son Master of Arts de la Brighton Faculty of Arts (UK) avec les Merits pour son travail plastique et les Distinctions pour son final essay, mémoire de fin d’année qu’elle consacre à la valeur de l’échec.

Lire la suite
Désireuse de garder une ouverture sur l’extérieur et de rester connectée à la vie vraie et authentique, elle s’ouvre à la possibilité d’autres métiers.
Elle se tourne spontanément vers l’art thérapie qui se voue au mieux être des patients puis s’offre à elle la possibilité de se tester à l’enseignement.
Elle relève le défi et annonce aujourd’hui qu’elle adore ce métier, qu’il s’agit d’une vraie expérience de vie avec pour mots d’ordre créativité, épanouissement et spontanéité.
“Enseigner les arts plastiques c’est enseigner une discipline mineure à vertus majeures” se plaît-elle à dire.

 

HISTOIRE D’ÉQUILIBRE..

Aujourd’hui l’équilibre s’esquisse. Être plasticienne tout en enseignant lui apporte de beaux moments de transmission. Enseigner tout en restant artiste en activité apporte entrain et conviction.À travers ses installations, sculptures, photographies, l’artiste cherche à explorer la beauté des fragilités qui constituent le monde à l’image de chacun. Elle s’attelle à une démarche qui génère un va-et-vient constant entre pratique et réflexion, accordant des concepts philosophiques aux petits riens qui nous entourent par des associations inattendues, des compositions in situ, éphémères et d’autres projets encore, les plus nombreux, dont la forme est en constant mouvement, le concept en mutation.

Lire la suite
Elle précise en quatrième de couverture de son portfolio “Chaque projet étant le brouillon potentiel d’un projet prochain, ce portfolio ne présente rien de définitif”. La sérendipité est pour l’artiste une attitude de vie, une attention à tout qui permet de garder l’ouverture au coeur de sa pratique. Le corps et son inscription dans l’espace, le temps et ses déséquilibres, l’authenticité mise à mal par nos sociétés, sont autant de questionnements qui jonchent les plages de ses expérimentations plastiques.

 

DÉMARCHE ARTISTIQUE

Je cherche à décadrer les concepts et les idées préconçues, je ne répète pas l’image sur la boîte du puzzle mais je camoufle la fragilité d’un tout devenu fragile par l’absence en donnant aux pièces une forme nouvelle. Une obsession pour l’utilisation du rebut, du matériau démuni de noblesse pour l’amener vers un ailleurs où il sera perçu, ressenti autrement par des chemins que je suggère au spectateur.

Lire la suite
J’expérimente, j’explore le potentiel sémantique des gestes, textures, mots et matériaux à la recherche d’un équilibre entre le fond et la forme. L’enveloppe, principalement corporelle, est fréquemment questionnée par mon travail via l’idée d’un accès incomplet à l’information du dedans, l’information vraie, celle d’un soi, d’une intimité. Revient également dans mes projets, cette envie d’emmener en voyage le regard par des chemins suggérés, tracés, épinglés, cousus ou découpés. Le tout à l’image des mots, de leur imbrication pour créer du sens et parfois seulement une douce poésie à l’oreille que l’on trouve simplement belle. J’aime à jouer avec les mots, j’aime manipuler les matériaux : m’inscrire dans une démarche de recherche ciblée mais toujours ouverte en espérant croiser cette sérendipité qui m’est chère.

⇒ Retour sur le vernissage de Jill Guillais

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour Haut de Page